Je m’appelle Angélique, j’ai 37 ans et l’aventure du K a fait apparition dans ma vie fin 2016. Comme pour chaque aventure, on se doute qu’il y aura des bons moments et des moments plus difficiles. On sait qu’on en sortira changé mais on ne sait pas comment, alors on se laisse guider étape par étape. Je l’ai un peu vécu comme ça mon K !

Les différentes étapes de mon aventure :

Début du mois de septembre 2016, je ressens une petite douleur, quelque chose qui me lance sous le bras, au niveau du haut de mon sein droit. Je ne m’en préoccupe pas trop puis je pense à m’auto-palper, en effet ma gynécologue m’en parle souvent. Je sens comme une boule. Je me dis que cela doit être des ganglions, ça arrive. Je pars au Canada en vacance avec mon mari pendant 3 semaines. J’ai toujours cette douleur qui revient souvent et cette fameuse boule que je sens. Je ne m’inquiète toujours pas plus que ça mais me dis qu’à mon retour j’irai voir ma gynécologue. J’ai un rdv sous 4 semaines. Mais je rappelle demandant un rdv plus tôt, par sécurité. J’ai bien fait …. 

2 - L’annonce :
Ma gynécologue veut par précaution me faire passer une échographie. La radiologue ne voit rien mais elle repasse quand même une 2ème fois sur mon sein droit car elle pense voir comme une masse noire. Elle préfère me faire passer une mammographie dans la foulée. J’attends les résultats dans une petite pièce. Elle vient me dire que j’ai des microcalcifications dans mon sein droit. Pour elle, rien d’alarmant, au pire c’est du pré-cancéreux. Biopsie une semaine plus tard. Une semaine après encore, je repasse la voir pour qu’elle vérifie qu’il n’y ait pas d’hématome lié à la biopsie. Sa collègue ouvre mon dossier et me demande avec un air un peu inquiet si j’ai eu ma gynéco au téléphone. je lui dis que non. Je sens déjà que c’est bizarre. De toute façon, ça fait une semaine que je sais au fond de moi que j’ai un cancer. C’est difficile à expliquer mais je le ressens. La radiologue m’appelle en salle d’attente et me demande de la suivre dans une pièce à part, pas la même que d’habitude. Là j’ai compris. Elle m’annonce que j’ai un cancer du sein. je lui demande quand même de reformuler ‘c’est un cancer-cancer ? ou c’est pré-cancéreux ?’. C’était bien un cancer cancer. Elle me dit que je n’aurai peut être pas de chimiothérapie. Moi, je n’ai retenu que ça: je ne perdrai pas mes cheveux et je ne vomirai pas. Malheureusement, les radiologue ne devrait pas trop s’avancer quand ils ne savent pas car j’en ai eu de la chimio, j’en ai perdu des cheveux, tous à vrai dire, je n’ai pas vomi mais j’en ai eu des nausées avec ce fichu produit rouge. Au fait, c’est un carcinome infiltrant de grade 2, voir 3.  

Me voilà parti pour une opération de prévue fin novembre. Normalement on me conservera le sein (en effet, il fut conserver). donc une tumerectomie pour retirer la tumeur. Je croise les doigts à mon réveil pour ne pas sentir de drain sous mon bras. Ben oui, ça voudrait dire que ce petit K n’a pas décidé de rendre visite à mes ganglions. Et … si, il est là le boitier à drain. Bon, limitation des dégâts, j’ai un ganglion de touché, avec un peu d’un 2ème. J’aurai préféré aucun mais c’est mieux que toute ma chaîne ganglionnaire. Par précaution, ma chirurgienne m’enlève quand même une grande partie de la chaîne. Puis j’enchaîne 3 cure de FEC 100 et 9 taxols. Puis 33 séances de radiothérapie et je commence en septembre 2017 mon hormonothérapie pour 5 ans. 

Quand je rencontre l’infirmière coordinatrice de ma chirurgienne, elle nous explique comment va se passer l’opération, la chimio, etc … et elle nous demande si on veut des enfants. Je lui réponds que c’est pas un projet dans l’immédiat mais oui, on en voudra. Pourquoi cette question ? Elle me répond « parce que parfois les traitements peuvent perturber la fertilité, donc il serait bien de mettre de côté des ovocytes, on ne sait jamais …. ». A cet instant,je m’effondre en pleurs. Je ne pleurais pas mais là je ne m’attendais pas à cela. Je suis venue pour qu’on m’explique comme j’allais devoir traverser l’aventure de mon cancer du sein et là on me parle d’une possibilité de ne pas avoir d’enfants, de devoir en tout cas faire quelque chose pour éviter cette éventualité. A partir de cet instant et juste après l’opération, je ne pensais qu’à une chose, c’était tout faire avec mon mari, pour qu’on puisse préserver ma fertilité. Grâce à ma super gynécologue, cela à pu se faire. Je vous en dis plus dans 
"témoignages onco-fertilité" . 

Dès le début, j’ai décidé de traverser cette « aventure » avec beaucoup d’optimisme. Je ne dis pas que je n’ai pas eu des moments difficiles mais j’ai toujours fait en sorte de ne pas baisser les bras, de garder le sourire et un bon moral. Et surtout, un cancer du sein à 33 ans, cela arrive de plus en plus mais on en parle pas assez du cancer chez la jeune femme, de la possibilité de préserver sa fertilité, etc … alors j’ai rapidement dès le début des traitements créé une page facebook SEIN ROSE. j’ai au début partager des posts pour apporter des conseils, des avis et échanger avec d’autres femmes. Je me suis vite rendue compte qu’on était une grande communauté sur les réseaux sociaux, une grande famille du K. tout ce soutien, cette écoute, c’est tellement précieux quand on traverse l’épreuve de la maladie. Puis j’ai décidé, en lien avec l’infirmière coordinatrice de ma chirurgienne (devenue à ce jour une amie) de proposer mon écoute et soutien aux femmes qui vont démarrer leurs soins. j’ai aussi participé à un concours photos pour sensibiliser au cancer du sein, j’ai créé une vidéo sur l’hormonothérapie, devenue ambassadrice dans a région de l’association Jeune et Rose, etc … je vous explique tout par ici
Et j’ai surtout fait pleins de belles rencontres !! la maladie c’est aussi ça: croiser le chemin de pleins de belles personnes, dont certaines deviennent des amies. 

Durant mes soins, j’ai souvent entendu de l’après cancer. Que celui ci n’était pas « facile » à vivre. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi. Justement, si on parle d’après, c’est que toute cette « aventure du K » est derrière nous donc on en parle plus. Aujourd’hui je suis à 2 ans après l’annonce, à 1 peu plus d’un an de la fin de mes traitements et je suis en plein dans cet « après cancer ». Je dois l’avouer, c’est une réelle étape. Certes, moins difficile que lors de l’annonce ou des traitements mais il y a la reprise du travail, l’attente de l’entourage qu’on redevienne comme avant, il y a la fatigue, l’angoisse des contrôles réguliers, la paranoia à la moindre douleur (je pensais y échapper mais non !  

Après, je ne m’écoute pas trop et j’ai repris le rythme d’avant la maladie mais parfois c’est pas toujours facile facile à gérer mais on garde le sourire, la vie est belle, on est en vie !! et surtout je profite encore plus des p’tits bonheurs de la vie, de tous les jours, de mes proches …

Pourquoi ce site internet ?
Il y a beaucoup d’initiatives autour du cancer du sein, c’est incroyable ! Et dans plein de domaines différents: le bien être, l’activité physique, les blogs, les associations, etc …. Il y en a plein les réseaux sociaux mais parfois c’est difficile de s’y retrouver. J’ai donc eu envie de créer un site qui regroupe toutes ces initiatives, du moins les principales. Pour que lorsqu’une femme apprend qu’elle va devoir traverser l’aventure du K, elle puisse y trouver un grand nombre d’informations, facilement.

J’espère qu’il vous aidera … bisous mes roses 

Fermer le menu